browser icon
You are using an insecure version of your web browser. Please update your browser!
Using an outdated browser makes your computer unsafe. For a safer, faster, more enjoyable user experience, please update your browser today or try a newer browser.

Appréciation du roman Contre Dieu

Posted by on 20 septembre 2019

par Alex Henley-Daraîche

                                                      

Les romans psychologiques sont très nombreux dans les écoles, les boutiques et les bibliothèques. J’ai lu un roman suspense québécois qui s’intitule Contre dieu écrit par Patrick Senécal et publié en 2010 par la maison d’édition Les 400 coups. Je vais vous parler de ce livre et de ce que j’en pense.

L’histoire se passe à notre époque et pendant l’hiver. Les actions se déroulent dans plusieurs lieux : dans un appartement deux et demi aux meubles crasseux; dans les rues, le métro, le logement d’une inconnue, un bar et une maison des jeunes. Il y a deux personnages importants dans cette histoire, le personnage principal dont le nom n’est pas mentionné  et Mélanie, le personnage secondaire. Le thème est l’autodestruction et on retrouve comme valeurs la liberté et l’entraide.

Un dimanche après-midi, le personnage principal apprend que sa femme et ses deux enfants sont décédés. Il plonge alors dans une dépression et une confusion totales.   Par la suite,  il rencontre une femme qui s’appelle Mélanie et qui tente de l’aider,  mais il repousse son aide. Le personnage commence à s’acharner sur les gens, à commettre des actes criminels et odieux.   Finalement, il finit par découvrir le secret de la mort de sa femme et de ses enfants. L’intrigue est superbe, on veut toujours savoir ce que le personnage s’apprête à faire. Le déroulement de l’histoire est bien et la fin est assez choquante.

Le style de l’auteur est bon, le vocabulaire est très compréhensible comme le démontre cet extrait : « est-ce qu’une voiture en sens inverse aurait pris le tournant trop large et aurait ainsi obligé ta femme à se précipiter dans le décor…». La façon dont le roman est écrit nous permet d’être le personnage principal, vivre les actions et ressentir les émotions. En plus, les actions sont très détaillés et explicites, voici un exemple : « ils tentent doucement de te calmer, mais toi tu te dégage, tu marches à travers la pièce, tu vocifères  que c’est une erreur…»

C’est un roman que j’ai très apprécié. Il a une bonne longueur pour ce genre de livre (128 pages). C’est très bien écrit et simple à lire.

Pour les amateurs du suspense, je recommande fortement ce livre. C’est une très bonne histoire psychologique qui vient nous chercher.

Commentaires fermés